Valse avec Bashir

Et pour ouvrir cette fête, un film d’un genre nouveau : un documentaire en animation. Ce film raconte la recherche des souvenirs d’un ancien soldat. Alors qu’un de ces amis est hanté par un cauchemar lui rappelant inexorablement la guerre, le héros réalise qu’il ne repense jamais à cette période de sa vie comme si ses souvenirs s’était évanouie avec les années. Mais est-ce la narration de son ami qui a soudain réveillé sa mémoire ? Un rêve entre souvenir et illusion va le mettre en quête de ses souvenirs, de sa jeunesse et surtout d’une période que beaucoup voudrait oublié. Son rêve le ramène entre autre aux massacres perpétués dans les camps de réfugié à la suite de l’assassinat de Bachir.

Ce film plus qu’un ixième documentaire sur l’horreur de la guerre, apporte vraiment une dimension de fiction qui malheureusement nous rappelle que cela n’en est pas une. Les parties de rêve nous plonge dans le même état que le personnage principale et nous fait nous demandé mais qu’est-ce qu’il c’est passé ? Malgré la forme du film on n’en oublie pas le côté documentaire avec des scènes écrites comme des témoignages, le nom écrit à coté du personnage, face à la camera et partageant avec nous ses souvenirs. Si les films d’animation et les documentaires ne sont pas ma tasse de thé, Valse avec Bachir est une agréable surprise, un film très bien réalisé avec une bande originale très jeune et dynamique nous entrainant tantôt dans la fiction tantôt dans le documentaire.
Seul petit reproche : la fin, le film finit en archive documentaire, exit les animations le lendemain du massacre est bel et bien là et c’est réelle, mais était-ce réellement obligatoire dans le film ? Pas sure.