Girlfriend experience

Qu’est ce qui a poussé Steven Soderberg à réaliser un film sans scénario, sans budget mais avec une actrice porno fière de l’être, Sasha Grey ? A première vu, les gens qui sont allés voir ce film sont soit ceux qui connaissent SS, soit les curieux parce que une star porno chez le réalisateur des Ocean’s ça attise la curiosité. Sûrement les deux et sûrement les deux sont des mauvaises raisons, mais passons le concept du « réalisateur est une valeur sure ».

Ce film parle d’une escorte qui gère son travail et son petit ami de manière exigeante et qui cherche à toujours étendre son business.

L’histoire est très vite bouclé et malheureusement ceux qui sont censés être des rebondissements ne sont en fait qu’une excuse pour entendre l’actrice principale parler. Pour combler ce manque, le film est monté non pas à l’envers comme dans Eternal Sunshine – où l’effet de style rend le tous magnifique – non plus comme un film à flash back explicatif, non c’est dans tout les sens, c’est incompréhensible et à défaut de rendre le film intéressant ça le rend encore plus chiant.

Ma question, celle qui a vraiment suscité un commentaire, ce n’est pas l’évidente ; Pourquoi prendre une actrice porno pour tourner un des rares films récents sans une seule scène de sexe, alors même que l’actrice revendique haut et fort son appartenance a ce milieu ? Non la vraie question est bel et bien, comment les gens ont pu apprécié le film ? Même les bobos cinés qui ont apprécié Short Bus – j’en fais plus ou moins partie – aurait du réaliser l’absence total d’intérêt du film. Pourtant les habitués du site internet « Allociné » auront remarqué les critiques élogieuses sur le film.

Je crois que la conclusion à cet article est vraiment une phrase bateau que je regrette de devoir écrire : Les goûts et les couleurs …

Précédent | Haut | Suivant